Site internet

Publié: 18 février 2013 dans Uncategorized

Ola,

suite au rendez vous avec les élus le 4 février à l’ émergence, nous disant qu’ il serait raisonnable de leur remettre le bâtiment que nous occupons au 31 mars, nous avons décidés de reprendre une activité visible et non strictement privée comme dernièrement.

Vous pouvez consulter notre site

http://www.collectifemergence.com

Vous y trouverez toutes les infos utiles, le programme, notre histoire, etc…

Bizouxxx.

A bientôt.

Les émergents.

Reprise des activités

Publié: 4 octobre 2012 dans Uncategorized

Bonjour à tous,

 

On ne pensait pas passer l’ été mais au final nous sommes toujours en place. Cette pause forcée nous à fait le plus grand bien. Du coup on a grave la forme pour faire tout type d’ évènements et d’ ateliers. On est ouvert à toutes vos proposition, dépêchez vous de reserver un espace car au rythme ou ça va le planning va vite être blindé et on va être obligé d’ être un peu select malheureusement.
Nous avons occupé notre temps durant l’ été à concocter un dossier complet de nos activités passées et de nos projets,nos revendication, ainsi que les concepts vecteurs de notre action.
On n’ arrive pas à le mettre en ligne pour l’ instant, mais on peut vous transmettre le tout par mail si vous le désirez.

 

Nous avons aussi adressé une lettre ouverte à notre maire la semaine dernière juste avant de déposer les dossier au bureau des élus qui ont suivis notre projet.
Voici la lettre:

 

Monsieur le Maire,
Par la présente nous souhaiterions poursuivre le dialogue entre la Mairie et notre collectif, afin d’espérer trouver des solutions concrètes qui répondent à nos revendications –  légitimées, rappelons-le, par le soutien d’une trentaine d’associations culturelles toulousaines.
Ces revendications, principalement l’usage d’un lieu adapté à notre projet culturel, n’ont, semble-t-il, pas été entendues, en ce sens qu’aucune proposition concrète n’a pu être apportée. Le projet du collectif, qui n’est à proprement parlé pas seulement à l’état de projet mais déjà d’activités misent en place (comme vous pourrez le lire en pièce jointe), a été entendu en entretien avec Mme Claude Touchefeu, et M. Jean-Marc Barès notamment (Maire du quartier), il y a plusieurs mois. Solutions apportées ? On nous envoie une autre délégation (dont M. Laurent Saule, délégué à la culture) le 11  mai dernier, qui vient visiter les locaux tels que nous les occupons et les avons réaménagés en vue des activités du collectif. Nos activités sont alors jugées positivement, mais les solutions semblent inexistantes ou irréalisables.
Les solutions sont-elles inexistantes ou sommes-nous bien plutôt en présence d’une inconsistante politesse, d’un dialogue symbolique où l’on ne vous laisse pas sans réponse mais où l’on délègue et crée du délai ? Au contraire nous promouvons l’agir, et le tissu culturel et alternatif toulousain nous soutient car il a besoin d’actions concrètes, d’espace réel pour réaliser et pour agir.
Nous avons jusqu’ici tenu la promesse faite à la mairie, via l’entretien avec Mme Touchefeu, de suspendre notre programmation et l’accueil du public en raisons de la soi-disant vétusté des locaux occupés. Or sans solution concrète apportée par les différents représentants municipaux, nous avons décidé de reprendre partiellement nos activités, les plus urgentes notamment comme le sont les résidences artistiques.
Nous souhaitons poursuivre les négociations afin de trouver ensemble de réelles solutions, car nous n’avons pas l’intention de nous arrêter là, dans l’attente d’un épuisement total. Nous rappelons nos revendications : un bail emphytéotique ou de réhabilitation avec mise aux normes du bâtiment, ou proposition d’un autre bâtiment adapté à nos activités (des solutions sont envisagées dans la dernière partie du projet en pièce jointe, que nous vous invitons, encore une fois, à lire).
Bien cordialement,
Collectif Emergence.

Concert du vendredi 30 avec « A L’ART-H PROD ainsi que les DROODZ BRIGADE suive de AL TARBA ET DJ NIXON;
Concert du 31 en bébut de soirée avec BIMBAM PROD PUIS OMETRA MUSIK

Vous étiez peut-être présents au cabaret « Lido revival » du 18 février, organisé par les anciens élèves du Lido. Une réussite, telle, que nous ne nous égarerons pas à comparer les prochains avec le premier…

Néanmoins, à l’émergence, tout refait surface ; nous souhaitons organiser un second cabaret début mai (date à préciser par les organisateurs et participants), et nous recherchons des numéros (théâtre, cirque, musique, performances en tous genres) entre 5 min et 15 min gd max, qui s’enchaîneront sur le rythme endiablé du « cabarémergence » !

La programmation est ouverte ! Toute performance est envisageable – du plus sage au plus décadent – vous nous proposez quoi ?

Proposition à envoyer sur le mail emergencetoulouse@gmail.com

Entre procès et jugement

Publié: 25 février 2012 dans Uncategorized

Le procès s’est déroulé hier, rapide et superficiel. Impossible, de plus, d’ajouter une pièce au dossier, qu’elle qu’en soit sa valeur. Les plaidoyers étaient assez médiocres, de chaque côté. Et Madame la Jude regardait régulièrement par la fenêtre derrière laquelle quelques avocats polissons rigolaient bruyamment.

L’avocate de la Mairie assura qu’aucune négociation n’était entamée et qu’une négociation ne sera pas possible, dans le futur, étant donné la vilaine manière par laquelle nous nous sommes imposés dans leurs locaux… voués à rester vides !

Nous avons eu pourtant trois rendez-vous avec des délégués municipaux, un échange de lettre avec le maire. M. Lacaze, délégué au patrimoine culturel et président du groupe communiste écrit à ce sujet une lettre au maire, qui exprime publiquement sa position (et nous informe de quelques points importants) :

Monsieur le Maire, cher Pierre,

En tant que Président du Groupe des élus communistes, républicains et citoyens de Toulouse, j’ai reçu les représentants de l’association Collectif Emergence lundi 20 février. Ils devaient ensuite être reçus par Claude Touchefeu.

Il semble qu’à l’issue de cette rencontre avec l’Adjointe à la politique de la ville, la Mairie n’ait pas renoncé à la procédure juridique en cours.

De fait, il nous semble que le déroulement des choses a été inversé, c’est-à-dire que le processus de discussion sur l’activité de ce collectif de « squatters culturels », se rapprochant du concept de « Nouveaux territoires de l’art » que la majorité municipale a évoqué lors des Assises de la Culture en début de mandat, n’est intervenu qu’après le lancement de la procédure juridique.

Nous comprenons le souci de la Mairie de faire respecter la loi et la sécurité des personnes, mais nous ne nous inscrivons pas dans une démarche qui a priorisé la procédure juridique avant le dialogue et la discussion avec les acteurs concernés.

De plus, le projet porté par le collectif Emergence est intéressant et nous t’informons par ailleurs que nous n’avons pas connaissance du devenir de ce lieu qui nous préoccupe aujourd’hui.

Nous n’avons pas été tenus informés de projets concrets notamment culturels (au vu de l’historique du lieu, ancien Lido), alors que de nombreuses demandes existent.

Pierre, nous souhaitons que la Mairie crée les conditions d’une annulation ou d’un report de la procédure envisagée pour demain en informant le Tribunal de la reprise préalable à toute action d’un dialogue avec l’association et les acteurs concernés.

Merci de ton attention sur ce sujet préoccupant et dans l’attente reçois mes cordiales salutations.

Pierre Lacaze

Président du groupe CRC

 

Dès lors, nous croyons qu’il faut médiatiser au maximum, pratiquer sans retenue le bouche-à-oreille, faire du bruit, connecter les réseaux…

Pierre Lacaze lui-même (merci pour votre soutien !) n’a pu obtenir la moindre information sur l’avenir du 29 avenue Saint Exupéry : il n’y a aucun projet en cours, malgré le nombre de projets en demande. Nous exigeons que ce local reste en vie, notre occupation est légitime et ouverte à l’accueil des compagnies en résidence, des associations qui organisent des projections, des ateliers, des concerts… On aide un peu la municipalité à remplir ses promesses. Elle a certes une drôle de manière de nous remercier !!!

On pense donc organiser un petit quelque chose pour le jour du jugement (c’est le 9 mars !), une petite déambulation en musique, déguisés et tout… faire crier nos désirs sur le mode de la bonne humeur, pour leur rappeler qu’on restera en vie et en mouvement malgré toute cette bureaucratie de plomb.

Staphylosophes

Atelier philo

Nous partons de l’idée qu’on ne pense jamais seul, et qu’en cela on peut également considérer la pensée comme un pouvoir de contamination : la pensée comme puissance d’inspirer et d’être inspiré. A partir de là, nous sommes tous, potentiellement ce que nous appellerons dès lors des « staphylosophes » : à la fois penseurs et contaminants…

 

Quelle forme ?

 

L’un des « staphylosophes » présents détermine selon quel angle de vue nous aborderons le thème de la séance. Il faut passer d’une thématique (choisie à l’issue de l’atelier précédent) à la présentation d’une problématique philosophique précise : histoire de dresser les lignes de fuites (non pas seulement un horizon, mais toujours plus loin à l’infini des horizons) du devenir de l’atelier, qui exige nécessairement une unité (de quoi parlons-nous ?) du multiple (la perspective de chacun).

Le thème, même si cela ne semble pas toujours le cas, en apparence, est toujours lié à une lutte sociale en marche (qui entre en résonance avec la problématique en jeu). Une formulation théorique à construire ensemble, quitte à créer des concepts inouïs. Les concepts sont pensés comme des outils immédiatement pratiques. La présentation est suivie d’une discussion, mise en commun des matériaux en vue de peaufiner la « boite à outils » conceptuelle, les argumentations, innover les actions, etc.

On n’oubliera jamais, cependant, que l’atelier se déroulera sans doute dans la plus grande anarchie, parce que l’on commencerait à discuter avant toute présentation et précision de l’angle de vue (alors on découvrirait quel il aurait pu être au sein même d’un débat anticipé), ou parce que la problématique s’étendrait pour ne laisser aucune place à un point de vue stable, ou plus frustrant encore parce qu’on se serait fatigué pour se rendre compte seulement qu’on ne sait décidément pas de quoi l’on parle…

Malgré cela, le but sera toujours atteint : un peu de philosophie.

Staphylosophes

Atelier philo

Dimanche 18 mars à 15h

 

« Puissance  et Pouvoir »

Le pouvoir est de l’ordre d’une possibilité logique, un droit, une permission ; il est lié à la fonction, la place qu’on tient dans un système. Dès lors le pouvoir est partout, passant dans les mains de chacun : le pouvoir du professeur, du policier, du père, du patron ; mais aussi celui du fils, de l’élève, etc. La notion de pouvoir est inséparable d’une obéissance, de la part du dominant comme du dominé, chacun obéissant à sa fonction.

Au contraire la puissance est celle d’une force vitale, c’est un potentiel créateur, une intensité. La volonté de puissance, chez Nietzsche par exemple, n’est pas une volonté de domination, mais une force qui tend à se dépasser elle-même, une puissance qui veut la puissance. Ainsi l’animal qui se nourrit, la plante qui s’élève toujours plus haut et enfonce toujours plus profondément ses racines dans la terre.

Qu’est-ce donc qui nous pousse à confondre régulièrement les deux ? qu’est-ce qui nous pousse à croire que la puissance est l’usage d’un pouvoir ? ou que le pouvoir est ce qui a la puissance…. ? Peut-être que le pouvoir a tout intérêt d’absorber la puissance à sa source, l’étouffer, faire qu’elle n’ait pas d’existence propre… d’abord en nous empêchant de nous représenter ce que peut être cette puissance… que nous sommes, puis en faisant de nous les éléments d’un système sans vie.

Or nous ne voulons pas le pouvoir, mais nous voulons la puissance.

Collectif Emergence, 29 avenue St Exupéry, 31400 Toulouse

Comme vous le savez, nous étions assignés au tribunal ce vendredi 10 février. Or nous avons obtenu un report d’une quinzaine de jours. Le procès aura donc lieu le vendredi 24. Cela nous laisse peu de temps pour renforcer notre défense.

Pour celle-ci, nous disposons d’une trentaine de lettres de soutien de différentes associations et collectifs toulousains heureux de pouvoir disposer du lieu pour organiser des événements, participer aux ateliers, etc. N’hésitez pas à en parler autour de vous, et si cela se présente, de recueillir d’autres soutiens encore, appuyant notre projet d’entrezone culturelle autogérée.

Nous tentons d’établir, avant le 24 février, un dialogue avec la mairie. Si cela n’est pas possible (nous avons écrit au maire qui nous a répondu qu’il transmettait au service social !), il faudra organiser une action publique pour nous faire entendre. Toutes les idées, pour cette action, sont bienvenues, n’hésitez pas à nous en faire part, et préparez-vous à y participer (nous n’arriverons à rien si nous sommes seuls) !

Entretemps nous préparons LA soirée qui va tout déchirer : le Cabaret Lido revival qui aura lieu le samedi 18 février à Emergence à partir de 19h. En effet, nous souhaitons entretenir un lien avec l’historique du lieu, qui, je vous le rappelle, accueillait il y a quelques années la fameuse école de cirque de Toulouse, le Lido. Cette soirée sera composée d’un ensemble de numéros de cirque, concerts acoustiques, le tout suivi d’un conte électrothéatral.

Ensembles, Emergence vaincra !!!